Les dessous de la bataille de Yavin

briefing bataille de Yavin
Marrant ou pas marrant ?

Mener une rébellion contre l’Empire galactique n’est pas une sinécure. Les films nous montrent les actes héroïques, les morceaux de bravoure, les Jedi tout puissants et les pilotes qui réussissent tout. Bref, on ne nous montre que ce qu’on veut bien nous montrer. La réalité est pourtant parfois plus terre-à-terre. C’est ce que nous vous proposons de découvrir dans cette série d’articles. Aujourd’hui : les dessous de la bataille de Yavin.

La princesse Leia vient d’être délivrée par Han Solo, Chewbacca et Luke Skywalker de sa prison sur l’Etoile de la Mort. Ils viennent d’arriver dans la base rebelle située sur une lune de la géante gazeuse Yavin. Ce texte présente in extenso les dialogues qui ont eu lieu entre cet instant et le début de la bataille qui décida du sort de la galaxie.

Général Dodonna : Princesse Leia ! Après le drame d’Alderaan, nous avons craint le pire…

Leia : Ouais enfin dans le genre pire, 50 milliards de morts, ça se pose quand même… Mais nous pleurerons après la bataille. Je vous apporte les plans volés de l’Etoile de la Mort.

Général Willard : Ou sinon vous auriez pu nous les envoyer par mail en pièce jointe depuis votre vaisseau avant de vous faire chopper. Je dis ça… enfin c’est surtout pour nous, on aurait un peu moins flippé.

Leia : Oui mais j’avais que deux barres de réseau, ça aurait pris des plombes, j’ai préféré les mettre dans un droïde et balancer le tout sur Tatooine au hasard. Sur le coup ça m’a semblé être une bonne idée.

Général Willard : C’était quand même un peu con mais bon, vous êtes là avec les plans, c’est l’essentiel. Vous n’avez pas été suivie au moins ?

Leia : Euh… maintenant que vous me le dites, en fait si, l’Etoile de la Mort est juste derrière nous, elle sera là demain dans la matinée, au pire pour l’apéro.

Général Willard : Mais c’est pas vrai ! Vous le saviez et vous êtes venue quand même ! Vous pouviez pas vous arrêter en route, changer de vaisseau et venir tranquillou ? Vous pouviez même les balader où vous vouliez, on aurait attaqué quand on voulait et où on voulait ! Là on est un tout petit peu dans la merde à cause de vous quand même !

Leia : Hé oh, je suis princesse quand même, surveillez votre langage !

Général Dodonna : Elle a raison général Willard, calmez-vous un peu. Bon, l’essentiel c’est qu’on ait les plans, on va regarder ça.

Quelques heures plus tard, salle de briefing du grand temple Massassi.

Général Dodonna : Pilotes, va falloir vous sortir les doigts du cul, c’est pas de la tarte ce qui vous attend… Oui commandant Dreis une question ?

Garven Dreis : Qu’est-ce qu’il fout là celui-là ? Quand je vous avais demandé un remplaçant pour le lieutenant Gniev qui avait une gastro, j’avais plus en tête un vrai pilote, pas un fermier. Non parce que là le gars, on va lui donner un X-Wing alors que tout ce qu’il a jamais eu entre les mains c’est une moissonneuse-batteuse…

Luke : Mais euh, j’ai déjà descendu des rats womp avec un T-16 !

Garven Dreis : Ah bon, super je suis rassuré alors. A un moment je me suis dit, attaquer une station spatiale de 120 km de diamètre, l’arme absolue de l’Empire que si on se plante c’est fini pour tout le monde avec un gamin qui n’a jamais rien piloté d’autre qu’une mobylette à répulseurs, ça va être short… Mais là évidemment, s’il a déjà buté des rongeurs à la carabine dans une décharge publique, pas de problème… Non mais sérieux général il ne connaît pas nos codes, il n’a jamais participé à un entraînement, bordel il connaît même pas les noms de tout le monde, comment on va faire sérieusement ?

Général Dodonna : Ne discutez pas commandant, j’ai pris ma décision, et si vous continuez à la ramener, je vous colle un ewok comme ailier.

Garven Dreis : Ben voyons, confier le sort de toute la galaxie à des ours en peluche, j’espère bien que je serai plus là pour voir ça quand ça arrivera… Enfin admettons…

Général Dodonna : Bon je disais quoi moi ? Voilà, alors il s’agit de rentrer dans cette tranchée et de la suivre jusqu’à… Oui commandant Dreis, quoi encore ?

Garven Dreis : Va falloir qu’on rentre dans la tranchée ? Mais va y avoir plein de turbolasers à l’intérieur et si des chasseurs nous prennent par derrière, ça va être comme à la foire ! On pourrait pas plutôt voler au dessus de la tranchée pour garder des possibilités de manœuvre ? Ou sinon dites-nous où se trouve exactement l’objectif, on fonce dessus directement en piqué et on s’emmerde pas avec votre tranchée pourrie…

Wedge Antilles : Chef, moi le coup de la tranchée je le sens bien, ça sera l’occasion de faire des trucs cool avec les vaisseaux. Ca fera des supers images pour mettre sur youtube après.

Garven Dreis : (…)

Général Dodonna : Tout à fait euh… vous êtes qui déjà vous ?

Wedge Antilles : Sous-lieutenant Antilles.

Général Dodonna : Bien. C’est donc décidé, vous attaquerez en passant par la tranchée, par groupes de trois.

Garven Dreis : Par groupes de trois ? Et les autres ils feront quoi pendant ce temps ?

Général Dodonna : Ben chais pas, ils trouveront bien à s’occuper. Va y avoir des chasseurs TIE.

Garven Dreis : DES chasseurs TIE ? Va y en avoir une chiée ouais ! Sur Scarif déjà y en avait des caisses et c’était juste une petite station, là va y en avoir des milliers ! Si on veut avoir une chance, faut tous aller directement sur l’objectif, on n’aura pas trop le temps de se toucher chacun dans son coin là !

Général Dodonna : Non, j’ai dit trois par trois. En formation serrée. Parce que ça fera classe quand vous direz « en formation serrée » dans votre radio.

Garven Dreis : Ou sinon on y va à la queue leu leu, en laissant 500 m entre chaque chasseur comme ça on peut se couvrir, là en formation serrée dans un tranchée avec des chasseurs TIE au cul euh, comment dire… même s’ils ont eu une épidémie de chtouille parmi les pilotes de TIE et qu’ils sont obligés de mettre des stormtroopers aux commandes ils vont nous massacrer…

Général Dodonna : Oui mais si vous dites « à la queue leu leu » dans la radio, ça fera pourri. On va se croire au bal communal sur Dantooine. J’ai dit « en formation serrée », on a un minimum de standing à respecter. Bon l’objectif est une bouche d’entrée qui mène directement au réacteur principal. Comme il y a un déflecteur au-dessus de la bouche d’entrée, va falloir y aller avec des torpilles. Une seule torpille à protons tirée dans la bouche d’entrée produira une réaction en chaîne qui détruira la station.

Garven Dreis : Et si les ingénieurs de l’Empire ont mis une grille sur le trou ?

Général Dodonna : Une grille ?

Garven Dreis : Ben oui une grille, comme sur un barbecue. Moi j’en ai fait mettre dans ma maison de campagne sur Virujansi pour pas que les rats womp puissent rentrer dans la cave. Donc là si les mecs de l’Empire sont à moitié aussi malins que moi, ils auront pensé à mettre une grille sur le trou et les torpilles passeront pas.

Général Dodonna : Ah, j’y avais pas pensé. Ben tant pis on va espérer qu’ils sont aussi cons que nous. Allez debout les hommes et que la Force soit avec… QUOI ENCORE ?

Biggs Darklighter : Dites, vous avez demandé à qui de faire l’animation sur l’écran ?

Général Dodonna : Oh non vous allez pas vous y mettre vous aussi… On est encore dans les années 70, je vous rappelle que tout ce qu’on a sur la base c’est un Amstrad CPC 6128 alors on a fait ce qu’on pouvait.

Biggs Darklighter : Je sais bien, mais ce que je voulais dire c’est que quand je tire une torpille ben ça va tout droit. Là dans l’animation, votre torpille elle part en cloche. C’est pas comme ça que ça fait en vrai. Je le sais, j’en tire tout le temps des torpilles.

Général Dodonna : Oui d’ailleurs vous faites bien d’en parler, vous avez un peu explosé le budget torpilles le mois dernier !

Biggs Darklighter : Oui mais c’est parce que j’ai quand même descendu deux destroyers stellaires, ça consomme. Bon mais c’est pas le problème, je vous dis que quand je tire une torpille, elle part tout droit, c’est pas comme quand on jette une peau de banane à la poubelle.

Général Dodonna : Et ben on vous mettra des torpilles qui partent en cloche si c’est que ça. Pfff, c’est donc à moi de régler tous les détails d’intendance ? Bon qu’est ce que je disais avec un air à la fois dramatique et inspiré ? Ah oui : debout les hommes et que la Force soit avec vous.

La suite appartient à l’Histoire.

J'ai un avis sur la question (via Facebook)

Actualités proches (ou pas, ça dépend)

Partager cette information

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *